Important Néanmoins, beaucoup de tests relativement basiques doivent être réalisés très régulièrement durant le cycle de vie d'un logiciel, ce qui rend leur exécution manuelle fastidieuse pour un ROI faible. D'autre part, dans certains contextes (projets web notamment), les tests doivent être réalisés sur différentes plateformes, différents navigateurs de différentes versions, etc.


Le quotidien du professionnel du web est rythmé par des tâches inspirantes, et d’autres moins. Certaines actions sont répétitives, le fait qu’un humain les exécute n’a pas de valeur ajoutée, mais c’est ainsi : ces tâches doivent être effectuées. On pense au community manager qui va systématiquement partager des contenus sur Twitter, ou au SEA qui va systématiquement commencer sa journée en vérifiant les coûts de ses publicités. Vous avez l’impression de réaliser des tâches répétitives sur votre navigateur ? Bonne nouvelle : un outil peut sans doute les effectuer à votre place.

Enfin, à vos premières exécutions et dans la mesure du possible, vérifiez visuellement ce qui se passe, quitte à mettre des points d'arrêt (breakpoint). Cela peut paraître bête, mais toutes les exceptions soulevées par les drivers ne sont pas toujours très explicites (voire inexistantes mais c'est parfois justifié !). Attention néanmoins au breakpoint, vous pouvez casser la synchronisation des événements, idem si vous prenez le focus sur la fenêtre du navigateur si vous êtes en local !
Toutes vos actions sont enregistrées dans un log que vous pouvez modifier. Wildfire contient un « workflow editor » qui vous permet d’éditer les actions enregistrées. Vous pouvez facilement modifier une URL saisie, ajouter ou supprimer des actions : clic, nouvel onglet, fermeture d’onglet, saisie de texte, ajout d’une variable, d’une fonction personnalisée, scroll, sélection de texte, copier/coller, import CSV…
Alors oui, on peut considérer qu’utiliser plusieurs niveaux de tests est une opération répétitive dans le sens ou plusieurs intervenants vont devoir tester plusieurs fois le projet avec des méthodologies différentes. Néanmoins, ce n’est pas redondant car la recherche d’anomalie est beaucoup plus efficace et permet de détecter des instabilités liés à des mécanismes différents.
Par la suite, la directive .get(URL) nous permet de charger une page Internet à partir de son URL (attention à bien faire attention au HTTP ou HTTPS, selon les cas). Dans notre exemple, on se rend tout simplement sur Google.fr. On cherche ensuite sur cette page un élément à partir de son ID, sa classe ou à partir d'un sélecteur CSS (par exemple, on aura déjà repéré au préalable la balise contenant la donnée par son ID), et on lui envoie du texte. En d'autres termes, on recherche la classe de la barre de texte sur la page Google et on simule une saisie de texte. Ceci est possible grâce à find_element_by_class_name(classe de la balise) auquel on attribue l'action de simuler des touches de frappe avec send_keys(TEXTE).
L’utilisation des données issues des automates ainsi que les captures d’écrans permettent de réaliser des comparaisons et ainsi détecter des impacts impossibles à déceler avec des tests manuels. La comparaison des résultats des exécutions sur différent devices vous permet de certifier la portabilité de vos applications sur plusieurs systèmes. Un tel outil révolutionne la gestion du risque sur vos projets.
Automation is the technology by which a process or procedure is performed with minimum human assistance.[1] Automation [2] or automatic control is the use of various control systems for operating equipment such as machinery, processes in factories, boilers and heat treating ovens, switching on telephone networks, steering and stabilization of ships, aircraft and other applications and vehicles with minimal or reduced human intervention. Some processes have been completely automated.
19. HITEMA – Groupama Gan Vie L’automatisation des tests fonctionnels SIMON Emeline 18 B. Les inconvénients Le cout de la mise en place de l’application de tests Choisir une application d’automatisation des tests est la première étape lorsque l’on veut réaliser l’automatisation sur une application. Cependant, il faut mettre cette application en place au sein de l’entreprise. Ce n’est pas anodin car la mise en place nécessite des installations, configurations au sein des différents services. Cela a un certain cout non négligeable : installation, configuration, licence, maintenance. La formation des utilisateurs Lorsque l’application est installée au sein de l’entreprise, les utilisateurs en charge de la recette – la MOA généralement – doivent apprendre à se familiariser avec le logiciel. Il est possible que l’entreprise choisisse d’installer un logiciel lorsqu’une équipe est au complet depuis plusieurs années : cela signifie que la plupart – voire tous les membres – de l’équipe ne sachent pas se servir de l’application. L’entreprise se doit alors de former l’équipe, ou de laisser l’équipe s’auto-former. Dans les deux cas, il y a un coût et du temps accordé à cette étape non négligeable. Contrainte sur l’écriture du test : Les tests à écrire doivent être robustes : après une modification de l’interface graphique, le test doit continuer à être fonctionnel. De plus, il est bien souvent nécessaire de connaitre l’interface graphique avant de pouvoir écrire le test. Enfin et comme précisé ci-dessus, il est plus facile d’écrire un test manuel qu’un test automatique : lorsque les délais sont courts, il est difficile d’écrire des tests automatisés. La maintenance Le problème de l’exécution des tests est déporté vers la maintenance des tests automatisés. En effet, le temps passé à maintenir les une ou plusieurs bases de scripts automatisés est parfois plus important que de ré-exécuter les tests manuellement. Cette maintenance est le point majeur à prendre en compte lorsqu’une entreprise souhaite automatiser sa recette. Elle doit s’assurer que le temps accordé à la maintenance reviendra moins cher que de continuer à exécuter manuellement les tests.
Dans le chapitre « Genèse des recherches en indexation automatique »  : […] Plusieurs facteurs ont incité les chercheurs en informatique documentaire à tenter de concurrencer l'indexation humaine. D'abord, les contraintes et les insuffisances inhérentes à celle-ci : elle est coûteuse (il faut entre un quart d'heure et une heure pour indexer un document) ; elle est tributaire de la subjectivité de l'indexeur (deux analystes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/indexation/#i_2513
×