Dans le chapitre « Transmissions automatiques à séquence »  : […] Déchargeant complètement le conducteur des manœuvres d'embrayage et de changement de vitesse, les transmissions automatiques ajoutent simplement aux précédentes l'automatisme des changements de rapport […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/automobile-technologie/#i_2513
14. HITEMA – Groupama Gan Vie L’automatisation des tests fonctionnels SIMON Emeline 13 3) QAWizard QAWizard, de la société Seapine Software, ne manque pas d’intérêt malgré une présence encore marginale en France. Peu onéreux, QAWizard est très simple d’utilisation. Le passage d’un mode « tableau » pour les débutants à un mode « code » pour les testeurs aguerris permet d’appréhender progressivement et en douceur la complexité des tests fonctionnels. Le support en France reste un des points faibles du produit. B. Les logiciels de tests sur mobile Comme expliqué dans le paragraphe précédent, il existe une multitude de logiciel afin d’automatiser les tests sur PC. Ces logiciels ne sont pas adaptés pour réaliser des tests sur mobile. En effet, une application mobile est parfois développée dans un langage qui diffère de ceux utilisés pour une application PC. Il y a également des actions qui ne sont pas réalisables sur un PC (le zoom à deux doigts par exemple) et donc non pris en compte par les logiciels de test PC. On retrouve notamment les langages JAVA pour Android, mais aussi Objective C pour IOS, et plus couramment HTML5 / JavaScript qui reste le langage le plus simple à ce jour. Je vais dans cette partie exposer les moyens qui ont été conçu afin de réaliser des tests fonctionnels automatisés pour les mobiles. 1) Des tests spécifiques aux mobiles Il existe certains types de tests qui ne sont présents que pour les téléphone portable / tablettes. Ils sont réalisés par les constructeurs de ceux-ci : Les tests d'interopérabilité (IOT) Ces tests sont réalisés en général dans les labos des opérateurs pour s'assurer que le mobile qu'ils vont proposer à leur client est capable de communiquer correctement avec leur réseau sans perturbation. La variété d'équipements avec des fournisseurs différents permet à l'opérateur de réduire les coûts de son réseau en faisant jouer la concurrence, mais aussi d'éviter d'être dépendant d'un seul fabriquant au risque de se confronter à l'obligation de renouveler complètement son réseau au cas où son principal fournisseur disparaît. Ces équipements remplissent les mêmes normes de fonctionnement d'un constructeur à un autre ; mais la norme ne les oblige pas à intégrer les mêmes protocoles de communication. Ce qui explique le but des tests IOT qui permet de s'assurer que le mobile est capable de communiquer avec tous les types d'équipements du réseau de l'opérateur. Les tests protocolaires ou procédures (couche 3 du réseau mobile) Ces tests sont réalisés par les fabricants de téléphonie mobile. Le but est de s'assurer que le mobile implémente correctement les procédures ou protocoles de niveau 3 (couche réseau), comme par exemple les procédures de mise à jour de localisation, l'attachement sur une cellule convenable, les appels entrants et sortants, etc....
Docker est une solution open-source (sous licence Apache 2.0) qui vise à automatiser le déploiement d’applications dans ce que l’on nomme des “containers”. Situé à mi-chemin entre la virtualisation applicative et l’automatisation (on parle aussi de virtualisation légère), le projet a été lancé officiellement en 2013 et il ne cesse depuis de gagner en popularité.
L’automatisation ne rend pas forcément le test logiciel plus rapide, plus fiable ou moins onéreux. Les coûts initiaux liés à la configuration et aux outils d’automatisation pouvant être élevés, l’automatisation des tests n’est profitable que si les coûts à long terme compensent ces dépenses initiales. En outre, les outils et méthodologies d’automatisation ne possèdent pas tous les mêmes caractéristiques, fonctionnalités et capacités, et chaque projet peut répondre à des exigences différentes, ce qui a des répercussions sur les coûts et les bénéfices.
Il est conseillé aux entreprises de rechercher également les domaines non traditionnels, voire non prévus dans le périmètre, auxquelles elles pourraient étendre leur investissement en automatisation, notamment pour le test des routines d’installation des correctifs et corrections d’anomalies, pour la gestion des tests, et pour la création des rapports de test.
With the advent of the space age in 1957, controls design, particularly in the United States, turned away from the frequency-domain techniques of classical control theory and backed into the differential equation techniques of the late 19th century, which were couched in the time domain. During the 1940s and 1950s, German mathematician Irmgard Flugge-Lotz developed the theory of discontinuous automatic control, which became widely used in hysteresis control systems such as navigation systems, fire-control systems, and electronics. Through Flugge-Lotz and others, the modern era saw time-domain design for nonlinear systems (1961), navigation (1960), optimal control and estimation theory (1962), nonlinear control theory (1969), digital control and filtering theory (1974), and the personal computer (1983).
As it currently stands, this question is not a good fit for our Q&A format. We expect answers to be supported by facts, references, or expertise, but this question will likely solicit debate, arguments, polling, or extended discussion. If you feel that this question can be improved and possibly reopened, visit the help center for guidance. If this question can be reworded to fit the rules in the help center, please edit the question.
Research by Carl Benedikt Frey and Michael Osborne of the Oxford Martin School argued that employees engaged in "tasks following well-defined procedures that can easily be performed by sophisticated algorithms" are at risk of displacement, and 47 per cent of jobs in the US were at risk. The study, released as a working paper in 2013 and published in 2017, predicted that automation would put low-paid physical occupations most at risk, by surveying a group of colleagues on their opinions.[91] However, according to a study published in McKinsey Quarterly[92] in 2015 the impact of computerization in most cases is not replacement of employees but automation of portions of the tasks they perform.[93] The methodology of the McKinsey study has been heavily criticized for being intransparent and relying on subjective assessments.[94] The methodology of Frey and Osborne has been subjected to criticism, as lacking evidence, historical awareness, or credible methodology.[95][96] In addition the OCED, found that across the 21 OECD countries, 9% of jobs are automatable.[97]

21. HITEMA – Groupama Gan Vie L’automatisation des tests fonctionnels SIMON Emeline 20 Nouveautés Il a donc été nécessaire de développer de nouveaux tests de Turing, simple pour l’utilisateur et irrésolvable pour un ordinateur. C’est ainsi que depuis 2009, le projet ReCaptcha appartient à Google. Celui-ci révolutionne les captcha habituels. En ne proposant qu’une simple case à cocher et quelques informations à écrire, il est possible de déterminer si l’utilisateur est un ordinateur ou humain. Le système ne va pas contrôler les informations rentrées, mais comment elles ont été rentrées : les mouvements réalisés par l’utilisateur, le scroll3 , les mouvements de souris… En fonction de ceux-ci, le système est capable de différencier un robot d’un humain. Et ce n’est pas tout, en cas de doute, un deuxième test est proposé. Cela peut être un captcha classique, ou bien un test encore très difficile pour un robot : une série de photos présentant un intrus à retrouver. Une étape simple sur le plan cognitif pour un cerveau, beaucoup plus complexe pour un programme. Trouver une photo similaire à celle présentée, ou à l’inverse un intrus parmi les photos, reste trop difficile à ce jour pour un robot. De plus, d’après Google, le moteur s’enrichit également sans cesse : toutes les actions menées par les utilisateurs servent à lui apprendre à affiner sa détection de ce qui semble réel ou, au contraire, de ce qui est simulé. Pourquoi ne peut-on pas automatiser les tests ? Un CAPTCHA comme expliqué précédemment, ne peut être reconnu par un ordinateur. Cela signifie que lancer des reconnaissances de forme par un logiciel, ne rendrait pas un résultat correct. Il existe à ce jour des logiciels permettant la comparaison d’image. Ceux-ci comparent l’image fournie au départ (par les testeurs / clients) avec l’image rencontrée durant le test. Il est possible de régler un “taux de validation”. On considère pour chaque type d’image un taux de validation à passer. Par exemple, en moyenne pour une image de type .JPG, on accepte le scénario de test à partir de 80% de ressemblance. En revanche, pour un GIF, ce taux monte à 95%. Cela prouve qu’il existe néanmoins une marge d’erreur possible. Ce système ne peut être utilisé avec les captcha, générés aléatoirement. Le logiciel n’ayant aucun point de comparaison, il ne peut utiliser cette méthode. 3 Faire défiler verticalement le contenu d’un document à l’aide de la molette d’une souris – Source : Wikipédia
En effet, l’intégration continue dépend principalement  des outils permettant son implémentation; la prestation continue s’appuie  sur les outils dédiés et sur les équipes de développement. Le test continu doit quant à lui mettre en oeuvre  à la fois des outils spécifiques, les équipes de développement, mais également des ressources et services côté client. Construire et intégrer rapidement des changements de code est certainement important. Toutefois, sans processus de livraison automatisé permettant de déterminer comment les changements affectent le risque commercial ou perturbent l’expérience de l’utilisateur final, la fréquence et la rapidité accrues de l’intégration continue et de la livraison continue peuvent devenir un passif plus qu’un actif.
Here we reserve aEle as a different type of object variable. Specifically, we early bind it for use as a webpage link (the tags on a webpage). The other way would be to declare it more generically as Dim aEle as Object then later put it to use in one or more specific roles as an object — either way works. Once again, I could choose to call it anything, even mySuperHrefThingy, but I like the simplicity of aEle because it’s short and makes me think element.
8. HITEMA – Groupama Gan Vie L’automatisation des tests fonctionnels SIMON Emeline 7 2) Pourquoi réaliser des tests ? Lors de la création d’une nouvelle application ou d’un nouveau logiciel dans une compagnie, celle-ci ne peut se permettre de livrer un logiciel à un client sans vérifier le fonctionnement de celui- ci. On peut donc affirmer que « toute modification d’un programme engendrant une nouvelle livraison nécessite une phase de tests ». Bien qu’idéal, cette affirmation n’est pas toujours respectée. Certaines entreprises ayant des délais très courts et peu de ressources se passent de cette phase ou la réduise au maximum. Cependant, les grandes entreprises respectent bien souvent cette phase et effectuent différents types de tests. Il en va de même pour les évolutions sur une application déjà existante : chaque livraison doit être précédée de vérifications par l’entreprise. Le développement d’une application est toujours régi par des règles techniques et métier. Celles- ci doivent être respectées afin de satisfaire la demande du client. Il ne suffit donc pas de développer l’application en question sans se soucier du bon fonctionnement. Livrer un produit à destination d’un client final, avec de multiples erreurs, nuit à l’image de l’entreprise. 3) A quel moment réaliser ces tests ? Que la recette soit manuelle ou automatisée, il est donc nécessaire d’accorder du temps aux phases de recette, qui sont proportionnelles à l’ampleur des spécifications fonctionnelles. Cette phase doit être répétée avant chaque mise en production d’un produit. Il est nécessaire lors d’une livraison d’une évolution, de tester les nouvelles fonctionnalités, mais également les anciennes, appelées Tests de Non Régression.
L’automatisation du test logiciel n’est ni aussi simple ni aussi rapide que semble l’indiquer cette appellation. Les outils de test logiciel peuvent s’avérer coûteux, tandis que la configuration, l’exécution et l’analyse des résultats de test exigent un effort manuel important. Toutefois, par l’usage d’outils adéquats, notamment de logiciels en Open source, et de processus et frameworks d’automatisation appropriés, les entreprises sont en mesure de réaliser des économies de coûts et de bénéficier de la qualité du test logiciel automatisé.

Les tests fonctionnels sont un excellent processus de test exhaustif qui parcoure toutes les couches d’une application. Toutefois, pour s’assurer de l’absence des anomalies, il est nécessaire de réitérer la totalité des tests suite à chaque évolution de l’application. L’exécution manuelle des tests fonctionnels d’une application en perpétuelle évolution, est longue et assujettie aux erreurs humaines. En outre, ce processus coûteux, bien qu’il soit nécessaire pour assurer la qualité de l’applicatif, il pousse souvent les organisations à s’en passer, l’exécuter partiellement ou – dans les meilleurs des cas – fixer un cycle de release assez long laissant le temps nécessaire aux tests et validation. Cette dernière alternative assure la qualité de l’application mais diminue considérablement sa compétitivité : Un bon compromis serait d’investir dans l’automatisation des tests fonctionnels. Dans ce qui suit nous étudierons les types d’outils d’automatisation disponibles et justifierons le choix porté sur l’un d’eux.
29. L’automatisation des tests fonctionnels SIMON Emeline Annexe 4 : Exemple de test avec Selenium, classe Selenium. public class selenium { private Selenium selenium; @Before public void setUp() throws Exception { WebDriver driver = new FirefoxDriver(); String baseUrl = "http://localhost:8080/tutoselenium"; selenium = new WebDriverBackedSelenium(driver, baseUrl); } @Test public void testSelenium() throws Exception { // Connexion au site selenium.open("/tutoselenium/"); // On est page 1, on va page 2 selenium.type("id=contentForm:pageText", "2"); selenium.click("id=contentForm:nextPage"); selenium.waitForPageToLoad("30000"); // puis page 3 selenium.click("id=contentForm:page3Button"); selenium.waitForPageToLoad("30000"); // et retour page 1 selenium.select("id=contentForm:pageList_input", "value=1"); selenium.click("id=contentForm:nextPageButton"); selenium.waitForPageToLoad("30000"); // On passe en anglais selenium.click("id=headerForm:english_button"); // etc. } @After public void tearDown() throws Exception { selenium.stop(); } }
This VBA statement says: Find the search box element on the webpage by its ID, which is search_form_input_homepage, and make its text value what we have in cell A2, plus the string " in ", plus what we have in cell C1. The underscore (_) just lets us put longer pieces of code on multiple lines for better readability. How did I know what the search input box’s ID was, or that it even had an ID? Firebug of course! If you don’t have Firefox get it, and then install the Firebug add-on. Then right-click the search box, click Inspect Element with Firebug, and behold…
Internet est une mine d’or pour trouver l’information qu’il vous manque. Et parfois vous souhaitez récupérer des masses d’information. Votre souci est alors de récupérer ces informations et le faire manuellement peut être très vite fastidieux car répétitif. De nombreux éditeurs ont développé des solutions logicielles pour vous aider à automatiser ce genre de tâches. Dans cet article, nous allons vous présenter quelques unes des possibilités offertes par l’un de ces logiciels, Zennoposter.

L’outil nécessite tout de même quelques minutes de prise en main, mais les possibilités sont infinies. Wildfire s’adapte vraiment à vos habitudes et à vos tâches récurrentes. Vous trouverez quelques exemples de workflows conçus pour les professionnels, mais pas que. Vous pouvez créer un CSV contenant vos sites préférés pour automatiser votre veille le matin : Wildfire peut vous permettre d’ouvrir automatiquement votre premier site préféré, scroller à votre convenance, fermer l’onglet, passer au suivant, et ainsi de suite. Les mauvaises langues diront que c’est un outil pour les fainéants, d’autres verront qu’il permet de gagner en productivité en se concentrant sur des tâches plus intéressantes. Une documentation est incluse et vous permet d’imaginer toutes les possibilités qu’offre Wildfire.
PhantomJS va nous servir de "Web-Driver" et cela sera là son unique utilité. De quoi s'agit-il ? Afin que Python puisse interagir avec le navigateur Web (Chrome, Firefox ou autres), de la même manière que la communication avec une base de données, il nous faut un driver (pilote). C'est là qu'intervient le Web Driver, il permet la communication entre le navigateur Web et notre script Python. De base, Selenium peut utiliser différents drivers pour différents navigateurs (Chrome, Firefox, Opéra) mais ce qui nous intéresse, ce n'est pas d'ouvrir un navigateur mais d'avoir un navigateur headless (sans interface graphique, uniquement en ligne de commandes). C'est là qu'intervient PhantomJS, qui fournit lui-même son Web Driver. L'utilité c'est donc la rapidité d'exécution par rapport aux navigateurs classiques.
À travers nightwatch et de nombreux autres framework il est possible de jouer les tests via des solutions externes (EX : BrowserStack, SauceLabs). Cela offre de nombreuses combinaisons navigateurs/OS et permet de jouer les tests sur mobile sans effort supplémentaire. De plus, cela retire l’entretien des OS, navigateurs, VMs sur lesquels sont joués les tests.

L’automatisation du test logiciel n’est ni aussi simple ni aussi rapide que semble l’indiquer cette appellation. Les outils de test logiciel peuvent s’avérer coûteux, tandis que la configuration, l’exécution et l’analyse des résultats de test exigent un effort manuel important. Toutefois, par l’usage d’outils adéquats, notamment de logiciels en Open source, et de processus et frameworks d’automatisation appropriés, les entreprises sont en mesure de réaliser des économies de coûts et de bénéficier de la qualité du test logiciel automatisé.

×