17. HITEMA – Groupama Gan Vie L’automatisation des tests fonctionnels SIMON Emeline 16 Chaque employé qui a accès à Mantis, possède un compte associé à un profil. C’est pourquoi, chaque fiche est associée à une personne. C’est un système qui facilité le suivi, car une personne qui reporte un bogue sera plus efficace pour le corriger. De plus, il est possible d’être averti par e-mail d’un changement d’état, un ajout de commentaire ou autre caractéristique, sur chaque fiche associée à notre nom (avoir écrit la fiche, écris un commentaire…). Ainsi le schéma de correction des anomalies peut se représenter comme suit : 2) Des concurrents à MantisBT HP Quality Center est sans doute l’un des plus connu, notamment car il permet non seulement de suivre des fiches d’anomalies mais il gère également les campagnes de tests de bout en bout. Outil est capable de communiquer avec ses outils d’automatisation des tests ainsi que ses outils permettant les tests de performance. JIRA est développé par Atlassian SoftWare Systems. C’est une contraction de Gojira (nom japonais de Godzilla). Son langage de programmation est le JAVA. Cet outil est proposé pour des projets open source et des organisations non commerciales. On peut également citer : Redmine, application web libre développée en Ruby On Rails. Mais aussi, Bugzilla développé en Perl et Trac développé en Python. 4 - Source : http://www.conseilorga.com/publications/recettes-tests-et-qualifications
The introduction of prime movers, or self-driven machines advanced grain mills, furnaces, boilers, and the steam engine created a new requirement for automatic control systems including temperature regulators (invented in 1624 (see Cornelius Drebbel)), pressure regulators (1681), float regulators (1700) and speed control devices. Another control mechanism was used to tent the sails of windmills. It was patented by Edmund Lee in 1745.[16] Also in 1745, Jacques de Vaucanson invented the first automated loom. The design of feedback control systems up through the Industrial Revolution was by trial-and-error, together with a great deal of engineering intuition. Thus, it was more of an art than a science. In the mid-19th century mathematics was first used to analyze the stability of feedback control systems. Since mathematics is the formal language of automatic control theory, we could call the period before this time the prehistory of control theory.

Each time you press F8 the line of code highlighted in yellow will execute, and then the next line down of code will turn yellow and wait for your key press. Say you change the code in a line and want to re-run it… you’d move the yellow line back up by dragging the yellow arrow with your mouse, or by clicking the line you want and then pressing CTRL+F9
Alors oui, on peut considérer qu’utiliser plusieurs niveaux de tests est une opération répétitive dans le sens ou plusieurs intervenants vont devoir tester plusieurs fois le projet avec des méthodologies différentes. Néanmoins, ce n’est pas redondant car la recherche d’anomalie est beaucoup plus efficace et permet de détecter des instabilités liés à des mécanismes différents.
Dès que possible, l'homme créa des machines pour automatiser son travail. Si les premières machines ont été conçues pour réaliser une tâche précise (conversions de monnaie, fabrication de tissus, recensement de population,...), seuls les ordinateurs sont capables d'exécuter des travaux très différents. On peut considérer que les tentatives d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ordinateurs/#i_2513
Dans le chapitre « Transmissions automatiques à séquence »  : […] Déchargeant complètement le conducteur des manœuvres d'embrayage et de changement de vitesse, les transmissions automatiques ajoutent simplement aux précédentes l'automatisme des changements de rapport […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/automobile-technologie/#i_2513
7. HITEMA – Groupama Gan Vie L’automatisation des tests fonctionnels SIMON Emeline 6 Les différents types de tests : Les tests unitaires Ceux-ci sont réalisés par les développeurs/concepteurs de l’application. Ils sont effectués pour tester les modules de l’application, c’est-à-dire les bouts de code. A chaque modification du code, ces tests (automatisés) sont rejoués afin de vérifier que celui-ci fonctionne correctement. Les tests d’intégration logiciel : Ceux-ci suivent les tests unitaires et ils couvrent toute l’application. Ces tests comportent des aspects techniques et fonctionnels. Les tests techniques applicatifs : Lorsque la livraison a été effectuée, il est nécessaire de vérifier les aspects techniques : - Conformité des livraisons (versions…) - Installation des composants selon la documentation - Bon fonctionnement (crash, bugs à l’exécution…) - Erreurs techniques : paramétrage, fichier manquant Les tests fonctionnels applicatifs : Ces tests sont à la fois techniques et fonctionnels. Bien souvent, les équipes sautent cette étape pour passer directement aux tests fonctionnels métier et effectuer les deux types de tests en même temps. Ces tests doivent vérifier les cas non passant (générant des messages d’erreurs), les cas aux limites (des cas mettant en jeu des données se situant aux limites des règles métiers) et les cas de non régression au niveau applicatif. Les tests fonctionnels métier : Ces tests ont pour but de jouer des scénarios type utilisateur. Ce sont des scénarios « bout en bout » qui sont mis en place et joués par les testeurs. Le but étant de vérifier la qualité du produit. Ces tests doivent être réalisés dans des conditions « réelles » pour simuler les actions utilisateurs qui seront effectuées en production. Ces tests sont accomplis par la MOA, qui a une connaissance métier indispensable à cette phase. Les tests de non régression : Ces tests sont essentiels dans toutes les phases de recette. Comme indiqué par leurs noms, ces tests permettent de vérifier que l’application en question n’a pas régressé. Si une application subi une évolution, il est possible que celle-ci impacte des fonctionnalités déjà présentes. Il est impératif de s’assurer que les anciens modules sont toujours fonctionnels. L’unique solution permettant de détecter la régression est de réaliser l’ensemble des cas de tests à chaque livraison. Cette procédure s’avère très fastidieuse si une automatisation n’est pas mise en place.
The logic performed by telephone switching relays was the inspiration for the digital computer. The first commercially successful glass bottle blowing machine was an automatic model introduced in 1905.[37] The machine, operated by a two-man crew working 12-hour shifts, could produce 17,280 bottles in 24 hours, compared to 2,880 bottles made by a crew of six men and boys working in a shop for a day. The cost of making bottles by machine was 10 to 12 cents per gross compared to $1.80 per gross by the manual glassblowers and helpers.
Définit l'accès au niveau du système pour ajouter et modifier toutes les valeurs par défaut et fonctions de l'automatisation du support dans l'onglet Administration. L'administrateur système configure les clients hébergés et les analystes, modifie les propriétés système de l'automatisation du support et effectue les réinitialisations de mot de passe système.

9. HITEMA – Groupama Gan Vie L’automatisation des tests fonctionnels SIMON Emeline 8 En fonction de la méthode utilisée, ce sont deux chronologies qui apparaissent : 3 - Source : http://fr.slideshare.net/JUGLausanne/initiation-aux-tests-fonctionnels-philippe-kernevez- october-2009 Avant d’effectuer ces tests, l’étape primordiale est la préparation de recette. B. La préparation de recette et les plannings 1) Planning et plan de tests Comme décrit ci-dessus, la recette nécessite une préparation ainsi qu’un suivi complet. C’est pourquoi il est nécessaire avant de commencer la recette, de réaliser des plannings. C’est en planifiant des réunions MOA – MOE qu’il est possible de déterminer la charge de travail nécessaire. En effet, la MOE étant responsable du développement, elle est en capacité de donner des dates butoirs à la MOA. Ces dates constituent les différentes livraisons des composants de l’application. Cela peut être une fonctionnalité ou bien une interface. Quoiqu’il en soit, ces dates de livraison permettent à la MOA d’organiser les différentes phases de recette et surtout l’enchainement logique. C’est ce qui s’appelle un plan de tests : ce plan est constitué du planning mais aussi de la trame logique à suivre. Pour chaque période est associée un module à tester et une ou plusieurs ressources. [Annexe 1] Il possible de chevaucher les développements avec la recette lorsque le temps est précieux et non suffisant. Dans ce cas, la Moa effectue les tests fonctionnels sur les modules livrés par la MOE. Cependant, cela peut engendrer quelques problèmes de fonctionnement de l’application car certaines interfaces / fonctionnalités nécessitent d’autres modules qui ne sont pas encore livrés. Cela engendre du travail inutile de tests.
Alors oui, on peut considérer qu’utiliser plusieurs niveaux de tests est une opération répétitive dans le sens ou plusieurs intervenants vont devoir tester plusieurs fois le projet avec des méthodologies différentes. Néanmoins, ce n’est pas redondant car la recherche d’anomalie est beaucoup plus efficace et permet de détecter des instabilités liés à des mécanismes différents.
Afin de garantir, à chaque itération, la livraison d’une version conforme en terme de qualité aux exigences du client, l’intégration des tests dans le processus de construction du logiciel doit se faire dès le démarrage du projet, et tout au long de sa réalisation: c’est le principe du test continu, qui s’appuie sur l’automatisation des tests, rendue indispensable par la nécessité de répéter un nombre de tests important à chaque nouvelle itération du logiciel.
Dès que possible, l'homme créa des machines pour automatiser son travail. Si les premières machines ont été conçues pour réaliser une tâche précise (conversions de monnaie, fabrication de tissus, recensement de population,...), seuls les ordinateurs sont capables d'exécuter des travaux très différents. On peut considérer que les tentatives d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ordinateurs/#i_2513
Au quotidien, nous réalisons de nombreuses tâches sur Internet. Si la plupart d’entre elles sont singulières, certaines tâches récurrentes dépendent de paramètres simples et répétitifs. Nous allons donc vous présenter IFTTT, Zapier et Wappwolf, trois services web permettant d’automatiser ses actions sur Internet. Dans bien des cas, ces outils permettent de gagner du temps. Mais ils sont à utiliser avec parcimonie, notamment sur les réseaux sociaux. L’automatisation des tâches n’est ni une bonne ni une mauvaise chose en soi, tout dépend de son utilisation. Récupérer les photos publiées sur les réseaux sociaux peut être utile par exemple, alors que partager le contenu de 20 flux RSS automatiquement n’est pas forcément recommandé. À vous de juger !
States refer to the various conditions that can occur in a use or sequence scenario of the system. An example is an elevator, which uses logic based on the system state to perform certain actions in response to its state and operator input. For example, if the operator presses the floor n button, the system will respond depending on whether the elevator is stopped or moving, going up or down, or if the door is open or closed, and other conditions.[9]
Dans le test de logiciel, l'automatisation de test est l'utilisation de logiciel spécial (séparée du logiciel étant testé) pour contrôler l'exécution de tests et la comparaison de résultats réels avec des résultats prévus. l'automatisation de test permet des creer des tâches répétitives mais nécessaires dans un processus de test formalisé déjà en place, ou exécute des tests supplémentaires qui seraient difficiles de faire manuellement. L'automatisation de test est la critique avant et après la livraison du produit.
Nous avons mis au point une méthodologie afin d’aider nos clients à choisir le logiciel d’automatisation de test le plus adapté à leurs besoins et à optimiser l’utilisation de ces outils, nouveaux et existants. Cette méthodologie consiste en premier lieu à définir les objectifs auxquels les outils doivent répondre et à spécifier les tests à automatiser, tels que le test fonctionnel ou la validation back-end. Puis, il s’agit de définir les exigences, de créer un tableau de bord d’évaluation, de réaliser une validation de principe et enfin, de préparer les outils pour le déploiement. Les clients peuvent également optimiser l’utilisation de leurs outils d’automatisation grâce à l’identification de l’ensemble des besoins en test à travers l’entreprise, à la création d’un inventaire des outils disponibles et à une revue des accords de licence existants, garantissant que seules les licences nécessaires seront achetées.
L’application utilisée ici est une simulation de gestion de bibliothèque utilisant le langage C# et les composants graphiques Telerik. Pour chaque présentation de livre, deux boutons sont disponibles : le premier permettant de voir la description détaillée du livre, l’autre permettant un retour à la liste des livres. Ces deux boutons sont du même type mais il peut être intéressant de les faire reconnaître comme deux types différents : un « Bouton Retour » et un « Bouton Description ».
Fondative s’intéresse en particulier à automatiser les tests pour ses applications Symfony. Ce framework présente déjà 2 classes natives permettant l’automatisation : il s’agit de sfBrowser et sfTestFunctional. Les fonctions basiques de ces classes ne répondent pas directement aux exigences des tests d’acceptation. Exemple : pour un scénario de renseignement des champs d’un formulaire, il n’existe pas de méthode toute prête permettant l’exécution de ce test ; le développeur est amené à écrire la fonction correspondante. Par contre avec Codeception, il existe une fonction « fillField » où il suffit de passer les noms des champs et les valeurs en paramètres pour que le test soit exécuté. Cette limite fait de Codeception la solution la plus adéquate à l’automatisation d’une application Symfony, il fournit des classes couvrant mieux les besoins des deux niveaux de test (fonctionnels et acceptation).
Zennoposter s’intègre avec tous les scripts ou langages de programmation Windows, il n’est donc pas nécessaire d’apprendre un nouveau langage pour travailler avec. Néanmoins, même si l’outil est ergonomique et fonctionne avec des briques en drag and drop pour élaborer vos templates, une formation Zennopostervous sera utile si vous voulez jusqu’aux limites du logiciel.
The automatic telephone switchboard was introduced in 1892 along with dial telephones.[35] By 1929, 31.9% of the Bell system was automatic. Automatic telephone switching originally used vacuum tube amplifiers and electro-mechanical switches, which consumed a large amount of electricity. Call volume eventually grew so fast that it was feared the telephone system would consume all electricity production, prompting Bell Labs to begin research on the transistor.[36]
Lorsque vous maîtrisez la création du bot, vous contrôlez également l’édition et les résultats. De plus, les bots Zennoposter peuvent être édités et il est facile de faire des changements et des modifications. Si votre bot a besoin de mises à jour, cela ne prendra que quelques minutes de votre temps pour implémenter un correctif. Vous n’avez plus à attendre impatiemment les développeurs de logiciels.
12. HITEMA – Groupama Gan Vie L’automatisation des tests fonctionnels SIMON Emeline 11 Il est possible de différencier les thèmes à recetter sur une application, notamment quand plusieurs collaborateurs sont en charge de la recette. Ainsi il est assez facile de séparer l’IHM1 , des requêtes sur la base de données ou encore des appels aux web services… Au cours de la recette, la MOA se doit d’être informée au mieux de la situation. Elle est très souvent sollicitée par les différents acteurs pour connaitre l’état de l’avancement, ce qui est terminé, ce qui est validé ou non, etc… Ainsi, pour être en mesure de répondre au mieux, la MOA réalise un suivi d’avancement de la recette. C’est un principe très précis et qui ne doit pas être fait « approximativement ». Pour chaque scénario existant, il existe plusieurs états que l’on peut définir comme suit : - RAF : reste à faire, le scénario n’a pas encore été testé - KO : scénario exécuté et non valide (une fiche d’anomalie lui est associé) - OK : scénario exécuté et validé - NT/Abandon : scénario abandonné car non testable Ces états permettent de réaliser une synthèse sur la totalité des scénarios. Il est alors possible de suivre quotidiennement l’avancement sur un thème en particulier ou sur la globalité. De multiples calculs et tableaux croisés peuvent être générés pour répondre aux différentes questions des acteurs, mais aussi pour gérer au mieux le temps et les ressources. [Annexe 2] En effet, le nombre total de test à réaliser au cours de la recette a été défini lors de la préparation de recette. Le nombre total a ensuite été divisé par le nombre de jours/semaines disponible afin d’obtenir une courbe idéale. Celle-ci permet d’avoir un point d’accroche et de suivi pour les différents chefs de projets. Cela a pour but d’éviter des retards sur le déroulement : on fait apparaitre sur le graphique les courbes de tests validés et les tests réalisés. [Annexe 3] 1 Interface Homme Machine
De même, lié à des problèmes de gestionnaire de fenêtre, la gestion native du driver de Firefox (native events) n'est pas activée par défaut sur Linux. C'est donc la gestion "synthétique" qui est utilisée (synthetic events). À savoir l'injection de JavaScript. Ce qui empêche l'utilisation de l'API des interactions utilisateurs avancés (drag-N-drop & co) car elle est mal supportée avec les événements synthétiques. Et la maintenance de cette gestion native par le passé pour Firefox a introduit des régressions.
Actionaz est un logiciel libre d'automatisation d'actions. Il vous permet de créer des scripts contenant des actions en utilisant une interface graphique. Plus besoin d'être un développeur pour profiter de l'automatisation sur PC ! Actionaz est disponible sous licence GNU/GPL et est développé en C++ avec l'aide du framework Qt. De ce fait, le logiciel fonctionne sur les systèmes d'exploitation basés sur GNU/Linux ainsi que sous Windows.
Pourquoi dans ce cas utiliser Squash TA ? Tout simplement car ces automates se limitent à interagir avec l'application à tester en simulant des actions IHM (application webs) ou en appelant des services (webservices). Or, cela ne suffit pas pour garantir que le test automatisé sera reproductible. Squash TA propose donc de compléter ces tests avec des fonctionnalités diverses permettant par exemple de gérer les jeux de données et de faire des vérifications complémentaires à l'issue des tests. Des exemples de fonctionnalités sont présentés ci-dessus.
Discrete manufacturing plants adopted these technologies fast. The more conservative process industries with their longer plant life cycles have been slower to adopt and analogue-based measurement and control still dominates. The growing use of Industrial Ethernet on the factory floor is pushing these trends still further, enabling manufacturing plants to be integrated more tightly within the enterprise, via the internet if necessary. Global competition has also increased demand for Reconfigurable Manufacturing Systems.
Il consiste à disposer d’un serveur « hub » qui répertorie les serveurs “node” disponibles pour l’exécution de tests, réceptionne les scripts de test de l’utilisateur, pour ensuite les transmettre et les faire exécuter – de façon transparente pour l’utilisateur – sur les serveurs “node”, en fonction de leurs caractéristiques propre (type et version du navigateur, OS, etc) et de leur disponibilité.
Le test continu, grâce à l’automatisation, s’intègre dans le processus  de développement et de distribution des logiciels afin d’obtenir le plus rapidement possible des retours sur les risques associés à chaque nouvelle version. L’implémentation de tests automatisés  permet de faire face à la complexité et au rythme accrus de développement et de livraison d’applications.

Si vous pensez aux tâches en ligne que vous réalisez, il y a probablement des actions qui viennent à l’esprit et pour lesquels le logiciel serait très utile pour mais qui ne serait simplement pas commercialisable ou rentable pour un développeur. Ces actions seraient trop spécifiques pour en justifier le développement d’un logiciel pour les executer.
Research by Carl Benedikt Frey and Michael Osborne of the Oxford Martin School argued that employees engaged in "tasks following well-defined procedures that can easily be performed by sophisticated algorithms" are at risk of displacement, and 47 per cent of jobs in the US were at risk. The study, released as a working paper in 2013 and published in 2017, predicted that automation would put low-paid physical occupations most at risk, by surveying a group of colleagues on their opinions.[91] However, according to a study published in McKinsey Quarterly[92] in 2015 the impact of computerization in most cases is not replacement of employees but automation of portions of the tasks they perform.[93] The methodology of the McKinsey study has been heavily criticized for being intransparent and relying on subjective assessments.[94] The methodology of Frey and Osborne has been subjected to criticism, as lacking evidence, historical awareness, or credible methodology.[95][96] In addition the OCED, found that across the 21 OECD countries, 9% of jobs are automatable.[97]
Il s'agit de tester un module indépendamment du reste du programme afin de s'assurer qu'il répond aux spécifications fonctionnelles et qu'il fonctionne correctement en toutes circonstances. Cette vérification est essentielle, en particulier dans les applications critiques. Elle s'accompagne la plupart du temps d'une vérification de la globalité du code, qui consiste à s'assurer de la conformité de l'ensemble ou d’une fraction déterminée des instructions présentes dans le code à tester. L'ensemble des tests unitaires doit être rejoué après une modification du code afin de vérifier qu'il n'y a pas de régressions (l'apparition de nouveaux dysfonctionnements).
L’automatisation du test logiciel n’est ni aussi simple ni aussi rapide que semble l’indiquer cette appellation. Les outils de test logiciel peuvent s’avérer coûteux, tandis que la configuration, l’exécution et l’analyse des résultats de test exigent un effort manuel important. Toutefois, par l’usage d’outils adéquats, notamment de logiciels en Open source, et de processus et frameworks d’automatisation appropriés, les entreprises sont en mesure de réaliser des économies de coûts et de bénéficier de la qualité du test logiciel automatisé.
×