Vous avez vu que nous avons localisé deux éléments avec des identifiants qui sont appelés Xpath et Css Path. Qu'est-ce que c'est ? Ce sont tout simplement des chaines de caractères qui permettent d'identifier un élément dans la page web. Pour les trouver il suffit d'aller dans Google chrome, de faire un clic droit sur l'élément que nous voulons localiser et faire inspecter l'élément. Ensuite, rendez-vous dans la console, sur la ligne correspondante à l'élément (normalement il devrait être en surbrillance bleue sur Google Chrome) et faites un clic droit et choisissez entre Copier Xpath ou Copier CSS Path. Une fois que c'est fait il suffit de coller la chaine de caractère dans la fonction correspondante. Vous l'aurez compris, find_element_by_xpath('XPATH') c'est pour le Xpath, et find_element_by_css_selector('CSS Path') C'est pour le CSS path.
Il est conseillé aux entreprises de rechercher également les domaines non traditionnels, voire non prévus dans le périmètre, auxquelles elles pourraient étendre leur investissement en automatisation, notamment pour le test des routines d’installation des correctifs et corrections d’anomalies, pour la gestion des tests, et pour la création des rapports de test.
Directeur Commercial et Marketing de BiiON, spécialiste dans la gestion des données temps réels en production pharma. Après un début de carrière académique à l’Université Catholique de Louvain, Anne a rejoint une start-up axée sur le développement des outils de BMP (Business Process Model). Ensuite elle intègre l’équipe de BiiON en tant que Account et Marketing manager. Dans les métiers techniques tels que celui de BiiON, la bonne connaissance technique, l’écoute active et la compréhension du juste besoin sont des atouts majeurs qui l’a font progresser pour être aujourd’hui directeur commercial, membre du comité A3P Belgique et d’autres réseaux actifs en milieu life sciences..
Actionaz est un logiciel libre d'automatisation d'actions. Il vous permet de créer des scripts contenant des actions en utilisant une interface graphique. Plus besoin d'être un développeur pour profiter de l'automatisation sur PC ! Actionaz est disponible sous licence GNU/GPL et est développé en C++ avec l'aide du framework Qt. De ce fait, le logiciel fonctionne sur les systèmes d'exploitation basés sur GNU/Linux ainsi que sous Windows.
Si vous testez ce code, il y a de grandes chances que vous trouviez des erreurs et que votre programme n’aboutit pas. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'il est possible que le Google que j'ai en ce moment change un peu d'interface, même d'une seule balise et le Css Path et le Xpath changent. Donc pour faire fonctionner ce bout de code il faut impérativement les mettre à jours. La deuxième raison est que certains navigateurs possèdent la saisie instantanée. Du coup dès que vous tapez quelque chose Google vous génère des résultats en direct et change votre page, donc votre Xpath ou Css Path aura changé également. Une alternative à ce problème est qu'au lieu de cliquer sur le bouton rechercher de la barre de Google qui change de Xpath à longueur de temps, nous allons envoyer une validation (touche Entrée) par clavier avec ce code-là : barre_rechercher.send_keys(Keys.ENTER)
28. L’automatisation des tests fonctionnels SIMON Emeline Annexe 3 : Exemple de suivi d’avancement format courbe sur le lot 6 du logiciel IGC, Groupama Gan Vie. Sur cet exemple, le suivi d’avancement est réalisé à partir de quatre types de résultats : prévisionnel, révisé, exécuté, validé. Ces états permettent de situer le point d’avancement des équipes. Les deux schémas représentent le même suivi mais de façon différente : nombre de cas et pourcentage, et tous deux avec TNR (tests de Non régressions) inclus. L’état Prévisionnel est le nombre de tests prévu au départ, l’état « révisé » est le nombre de cas revu à chaque période (on peut dire Ajusté). L’état « exécuté » est le nombre de cas qui ont été testé, qu’ils soient OK ou KO. Enfin l’état « Validé » est le nombre de cas qui sont OK, donc corrects.
8. HITEMA – Groupama Gan Vie L’automatisation des tests fonctionnels SIMON Emeline 7 2) Pourquoi réaliser des tests ? Lors de la création d’une nouvelle application ou d’un nouveau logiciel dans une compagnie, celle-ci ne peut se permettre de livrer un logiciel à un client sans vérifier le fonctionnement de celui- ci. On peut donc affirmer que « toute modification d’un programme engendrant une nouvelle livraison nécessite une phase de tests ». Bien qu’idéal, cette affirmation n’est pas toujours respectée. Certaines entreprises ayant des délais très courts et peu de ressources se passent de cette phase ou la réduise au maximum. Cependant, les grandes entreprises respectent bien souvent cette phase et effectuent différents types de tests. Il en va de même pour les évolutions sur une application déjà existante : chaque livraison doit être précédée de vérifications par l’entreprise. Le développement d’une application est toujours régi par des règles techniques et métier. Celles- ci doivent être respectées afin de satisfaire la demande du client. Il ne suffit donc pas de développer l’application en question sans se soucier du bon fonctionnement. Livrer un produit à destination d’un client final, avec de multiples erreurs, nuit à l’image de l’entreprise. 3) A quel moment réaliser ces tests ? Que la recette soit manuelle ou automatisée, il est donc nécessaire d’accorder du temps aux phases de recette, qui sont proportionnelles à l’ampleur des spécifications fonctionnelles. Cette phase doit être répétée avant chaque mise en production d’un produit. Il est nécessaire lors d’une livraison d’une évolution, de tester les nouvelles fonctionnalités, mais également les anciennes, appelées Tests de Non Régression.

Jenkins est un outil open source d’automatisation des tests fonctionnels et d’acceptation écrit en java. Il permet de tester et de signaler en temps réel les modification apporté aux projets et est capable de générer des rapports de tests de qualité. Son principal atout est la disponibilité de centaines de plugins et l’utilisation d’une interface simple.
Dans le chapitre « Genèse des recherches en indexation automatique »  : […] Plusieurs facteurs ont incité les chercheurs en informatique documentaire à tenter de concurrencer l'indexation humaine. D'abord, les contraintes et les insuffisances inhérentes à celle-ci : elle est coûteuse (il faut entre un quart d'heure et une heure pour indexer un document) ; elle est tributaire de la subjectivité de l'indexeur (deux analystes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/indexation/#i_2513

Les utilisateurs avancés peuvent même ajouter du code ECMAScript (similaire à Javascript) aux actions pour personnaliser encore plus le déroulement de l'exécution d'un script. Ceux qui veulent aller encore plus loin peuvent même développer des scripts complètement en ECMAScript et les exécuter en utilisant le programme en ligne de commande ActExec.
Par la suite, la directive .get(URL) nous permet de charger une page Internet à partir de son URL (attention à bien faire attention au HTTP ou HTTPS, selon les cas). Dans notre exemple, on se rend tout simplement sur Google.fr. On cherche ensuite sur cette page un élément à partir de son ID, sa classe ou à partir d'un sélecteur CSS (par exemple, on aura déjà repéré au préalable la balise contenant la donnée par son ID), et on lui envoie du texte. En d'autres termes, on recherche la classe de la barre de texte sur la page Google et on simule une saisie de texte. Ceci est possible grâce à find_element_by_class_name(classe de la balise) auquel on attribue l'action de simuler des touches de frappe avec send_keys(TEXTE).

• Moteur d'interface: Les moteurs d'interfaces sont construits en plus de l'Environnement d'interface. Le moteur d'interface consiste en analyseur syntaxique et un chariotde test. L'analyseur syntaxique est présent pour faire l'analyse syntaxique des fichiers d'objet venant du dépôt d'objet dans la langue scripting spécifique de test. Le chariot de test exécute les scénarios de tests utilisant un harnais de test.
16. HITEMA – Groupama Gan Vie L’automatisation des tests fonctionnels SIMON Emeline 15 C. Les logiciels de suivi d’anomalie Lorsqu’un bogue est découvert sur l’application testée, une fiche d’anomalie doit être écrite afin que l’équipe de développement puisse corriger le problème. Ce rapport n’est généralement pas fait « à la main » sans une norme spécifique. Il existe des logiciels de suivi d’anomalie, qui ont tous le même principe de base : écrire une fiche de bogue. C’est pourquoi je fonderai mes explications sur le logiciel Mantis, utilisé dans mon service, et citerai d’autres logiciels. 1) Un logiciel open source : MantisBT. Mantis Bug Tracker est basé sur une interface Web et facile à prendre en main pour un novice. Il est écrit en PHP et nécessite une base de données (exemple : MySQL, SQL Server) supportées par un serveur web (par exemple : Apache). Cet outil est open source et personnalisable : c’est pourquoi il est largement utilisé dans le monde professionnel. C’est un outil très adapté pour la déclaration d’anomalies et leur suivi : lorsqu’un bogue est découvert, une fiche est créée dans l’outil. Cette fiche regroupe les informations essentielles pour que l’équipe de développement puisse traiter la fiche au mieux. On retrouve dans cette fiche les informations suivantes :  Projet associé (paramétrable par l’administrateur)  Lot associé / Version du produit (paramétrables)  Sévérité et Priorité : ces critères sont les plus importants car ils permettent de traiter les bogues bloquants et urgents dès leur soumission.  Résumé de la fiche : généralement soumis à une normalisation pour une meilleure organisation des équipes.  Description du problème : c’est ici que l’on indique la description du bogue rencontré ainsi que des étapes à réaliser pour reproduire le problème.  Fichier joints : des captures d’écrans sont appréciées car elles permettent de montrer le bogue rencontré sur son propre écran.  Commentaires : il est possible pour un utilisateur d’ajouter un ou plusieurs commentaires à la fiche. Il existe bien évidemment, d’autres champs qui sont paramétrables par l’administrateur, en fonction de la demande et des besoins. Lorsque qu’une fiche est envoyée à l’équipe de développement, celle-ci se charge alors de reproduire et corriger l’anomalie. Ainsi, une fiche possède un état qui indique sa situation : ouverte, résolue, fermée… ces états sont également paramétrables. Cela permet, sur l’écran de synthèse, d’avoir une vue globale sur les anomalies traitées ou non. Il est possible de trier par domaine, priorité, sévérité… et autres filtres.
10. HITEMA – Groupama Gan Vie L’automatisation des tests fonctionnels SIMON Emeline 9 Cette opération de préparation de planning pré-recette, permet de donner une date de fin de recette aux responsables. Parfois – et c’est le cas chez Groupama gan vie – la phase de recette est suivi d’une phase d’homologation. Cette phase se présente comme une phase de recette mais de façon bien plus synthétique : c’est la phase de pré-production. Il faut donc également prévoir dans les plannings cette phase ainsi que les réunions adéquates. La Moa se chargeant de la recette, c’est bien souvent des référents métiers qui se chargent de l’homologation. Ceux sont eux qui décident si oui ou non il est possible de mettre en production. Ce n’est en aucun cas la MOA qui donne le GO pour la mise en production. Le planning est donc un élément indispensable dans un projet pour toutes les ressources de celui-ci. 2) Jeux de données et base de données Qu’elle soit manuelle ou automatisée, la recette fonctionnelle nécessite dans tous les cas des données. Celles-ci sont utilisées pour effectuer des tests. Cela peut être des noms, des numéros de téléphone, des adresses…. Toutes ces informations doivent être préparées afin de ne pas perdre de temps durant la phase de test. Si une ou plusieurs informations venaient à manquer durant le cycle de recette, cela ralentirait le processus : il faut chercher les informations, les préparer et ré-exécuter les tests. C’est pourquoi il est idéal de fabriquer un fichier référence regroupant l’ensemble des données qui seront utilisées : - Pour une recette manuelle, les testeurs s’appuieront sur ce fichier pour préparer le cahier de test et si besoin pendant les tests en complément. - Pour une recette automatisée, c’est le logiciel utilisé qui aura pour point d’appui ce fichier. Il s’alimentera avec les informations contenues dans ce fichier, en fonction des paramètres fournis par les testeurs. De même, la phase de préparation nécessite avant tout une base de données pour les tests. Il faut donc créer la base en fonction des spécifications si elle n’existe pas. Dans le cas d’évolution sur une application existante, il faut s’assurer que la base a bien été modifiée en conséquence. Celle-ci doit également être soumise aux tests. 3) Le cahier de recette Avant de démarrer l’exécution de la recette – celle-ci ne se fait pas « à l’aveugle » - il faut rédiger un cahier de recette. J’ai eu l’occasion dans mon travail de rédiger plusieurs cahiers de tests et donc d’apprendre à le faire. En effet, ceux-ci se préparent en suivant les spécifications fonctionnelles rédigées après l’expression de besoin. Les spécifications fonctionnelles (détaillées ou générales) décrivent le fonctionnement de l’application, de ses modules ainsi que de ses interfaces. Elles répertorient alors la totalité des attentes du client détaillées sous formes de points à traiter. Le travail à réaliser est alors de prendre un à un les points énoncés et de préparer des scénarios de test. Un scénario, comporte de une à plusieurs manipulations à effectuer sur l’application.
Un inventeur indépendant, George C. De Vol, développe et brevette aux États-Unis, en 1954, un système d'enregistrement magnétique capable de commander les opérations d'une machine. Pour le vendre, il crée, avec l'ingénieur Joseph F. Engelberger, la première entreprise de robotique, Unimation Inc. Le premier « Unimate » est vendu en 1961 à General […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/brevet-du-premier-robot-industriel/#i_2513
Automatique - Robotique | Biomédical - Pharma | Construction et travaux publics | Électronique - Photonique | Énergies | Environnement - Sécurité | Génie industriel | Ingénierie des transports | Innovation | Matériaux | Mécanique | Mesures - Analyses | Procédés chimie - bio - agro | Sciences fondamentales | Technologies de l'information | Archives |
The Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) started the research and development of automated visual surveillance and monitoring (VSAM) program, between 1997 and 1999, and airborne video surveillance (AVS) programs, from 1998 to 2002. Currently, there is a major effort underway in the vision community to develop a fully automated tracking surveillance system. Automated video surveillance monitors people and vehicles in real time within a busy environment. Existing automated surveillance systems are based on the environment they are primarily designed to observe, i.e., indoor, outdoor or airborne, the amount of sensors that the automated system can handle and the mobility of sensor, i.e., stationary camera vs. mobile camera. The purpose of a surveillance system is to record properties and trajectories of objects in a given area, generate warnings or notify designated authority in case of occurrence of particular events.[70]

De nos jours, à des fins utilitaires ou de tests, il semble important de pouvoir automatiser son navigateur Web afin de réaliser un ensemble de tâches spécifiques. En soit, il existe de nombreux utilitaires permettant cela (tels que iMacro ou encore SuperMacro) mais l'un des moyens les plus efficaces reste sans doûte la méthode Python, qui est un langage léger et s'exécutant rapidement, auquel viennent se greffer deux bibliothèques spécialisées et multiplateformes : Selenium (pour réaliser l'automatisation des tâches sur un navigateur Web) et PhantomJS qui va permettre de lancer un navigateur en tâche d'arrière plan, sans quitter la ligne de commande (sans ouvrir de navigateur, donc) ce que l'on appelle un WebKit headless.
6. HITEMA – Groupama Gan Vie L’automatisation des tests fonctionnels SIMON Emeline 5 L’inconvénient majeur de cette méthode est que le résultat est dépendant du travail effectué en amont. C’est-à-dire la validation et la vérification des documents de chaque phase précédente. Cela peut entrainer des détections d’erreurs jusqu’à la fin du développement. La méthode Agile Cette méthode est de plus en plus répandue de nos jours car elle possède des avantages non négligeables. Elle s’organise de la manière suivante : c’est une réalisation itérative qui permet d’éviter l’effet tunnel. Le produit est adapté au besoin du client plus rapidement. Le code est mis à jour à chaque itération. 2 - Source : http://www.ntiercustomsolutions.com/training-courses/agile-software-development/ Deux pratiques essentielles constituent cette méthode : - La réalisation des tests dits exploratoires, consistant à tester les nouvelles fonctionnalités mis en place lors de la dernière livraison - L’exécution des tests couvrant systématiquement les fonctionnalités définies et garantissant en permanence le contrôle de conformité aux besoins métiers. Cette façon de travailler permet de répartir de manière plus efficace la charge de travail. Le cycle en V possède une phase de test en « dent de scie » tandis que la méthode Agile axée sur le principe de l’itération, permet d’avoir une charge constante donc optimale.
WebDriver est basé sur un modèle client-serveur. Un client de test envoie des « commandes » via des requêtes HTTP à un serveur WebDriver après initialisation d’une session. Ce dernier distribue alors les commandes auprès des drivers des navigateurs concernés. Ces drivers exécutent les commandes sur les navigateurs en question via des mécanismes de communication interne – système d’exploitation ou JavaScript.
In the simplest type of an automatic control loop, a controller compares a measured value of a process with a desired set value, and processes the resulting error signal to change some input to the process, in such a way that the process stays at its set point despite disturbances. This closed-loop control is an application of negative feedback to a system. The mathematical basis of control theory was begun in the 18th century, and advanced rapidly in the 20th.

15. HITEMA – Groupama Gan Vie L’automatisation des tests fonctionnels SIMON Emeline 14 2) Les outils à disposition : payants Je n’évoquerai ici que quelques outils, car il en existe un grand nombre, tout comme sur PC. TouchTest est un outil de test mobile autonome développé par SOASTA. Il nécessite d'installer un agent dans le code source de l'application, ainsi qu'un client sur le téléphone. SEETEST est un outil développé par EXPERITEST et JAMO est un outil de test mobile développé par JAMO Solution Ces outils n'ont pas besoin que le mobile soit jailbreaké2 ; aussi le même test effectué sur un Android pour une application fonctionnera sur les autres OS supportés (iOS, BlackBerry, Windows Phone). L'outil peut être intégré à QTP, TestComplete, Visual Studio, etc… 3) Les outils à disposition : gratuits MonkeyTalk, appartenant à la société Gorilla Logic, est un outil permettant l'automatisation des tests fonctionnels pour les applications mobile natives et hybrides (iOS et Android). Gratuit, open source, simple à utiliser, efficace, MonkeyTalk ne demande pas que l'appli soit jailbreacké. Appium est un outil open source d'automatisation des tests pour les applications mobile natives et hybrides (iOS et Android), utilisant le WebDriver JSON wire protocol. Appium vise à automatiser n'importe quelle application mobile depuis n'importe quel langage et n'importe quel système de test, avec un accès complet au API back-end et aux bases de données à partir du code test. 2 Jailbreak : débridage d’un appareil mobile tournant sous IOS pour accéder à toutes les fonctionnalités du système d’exploitation.
Développé par HP, QuickTest Professional devenu recemment Unified Functional Testing est un automate de tests qui s’adresse principalement aux entreprises qui réalisent des développements sur des systèmes très complexes. Que ce soit sur des langages anciens ou des environnements divers comme SAP, Windows ou le web, HP Unified Fuctional Testing parvient à automatiser vos tests de non régression. Mais le coût élevé des licences pousse souvent les entreprises à le coupler à d’autres automates moins chers ou open source pour automatiser certains de leurs tests. 
Pour le cas des tests Cooperons! les problématiques rencontrées sont les mêmes décrites au début de l’article en plus d’une autre particularité : On a besoin d’effectuer des mises en production fréquentes et livrer de nouvelles releases sur des intervalles rapprochés (parfois d’une façon hebdomadaire). Sachant que l’exécution de tout le cahier de test est effectuée par 3 testeurs/développeurs et nécessite entre 4 et 5 jours pour être finalisée. On a fini avec des deadlines non respectés et un processus de test plus lent et moins fiable. L’automatisation s’impose dans un tel cas. Les résultats obtenus sur Coopérons! grâce à l’automatisation ont permis de :
×