Contrairement à ses prédécesseurs, WebDriver offre la possibilité d'exécuter des tests sur des navigateurs avec des événements "natifs" (native events VS synthetic events) tel qu'un utilisateur final le ferait. Autrement dit, plus d'injection JavaScript comme auparavant c'est désormais le système d'exploitation qui déclenche les événements du navigateur via un driver. Même si dans la pratique, cela n'est pas toujours vrai, beaucoup de drivers injectent encore du JS... En effet, Firefox sous Linux ne supporte pas nécessairement les événements natifs selon le gestionnaire de fenêtres utilisé. Et ça n'est pas encore implémenté pour MAC OS.
 Zalenium est une extension de Selenium Grid permettant la mise en place locale et dynamique de plateformes de tests en utilisant des conteneurs Docker. Elle utilise Docker Sélénium pour exécuter des tests automatiques sur Firefox et Chrome localement, et redirige vers un fournisseur de tests cloud (Sauce Labs, BrowserStack, TestingBot) lorsqu’un script doit être exécuté sur un navigateur différent
6. HITEMA – Groupama Gan Vie L’automatisation des tests fonctionnels SIMON Emeline 5 L’inconvénient majeur de cette méthode est que le résultat est dépendant du travail effectué en amont. C’est-à-dire la validation et la vérification des documents de chaque phase précédente. Cela peut entrainer des détections d’erreurs jusqu’à la fin du développement. La méthode Agile Cette méthode est de plus en plus répandue de nos jours car elle possède des avantages non négligeables. Elle s’organise de la manière suivante : c’est une réalisation itérative qui permet d’éviter l’effet tunnel. Le produit est adapté au besoin du client plus rapidement. Le code est mis à jour à chaque itération. 2 - Source : http://www.ntiercustomsolutions.com/training-courses/agile-software-development/ Deux pratiques essentielles constituent cette méthode : - La réalisation des tests dits exploratoires, consistant à tester les nouvelles fonctionnalités mis en place lors de la dernière livraison - L’exécution des tests couvrant systématiquement les fonctionnalités définies et garantissant en permanence le contrôle de conformité aux besoins métiers. Cette façon de travailler permet de répartir de manière plus efficace la charge de travail. Le cycle en V possède une phase de test en « dent de scie » tandis que la méthode Agile axée sur le principe de l’itération, permet d’avoir une charge constante donc optimale.
Automatiser les test d’intégration et les tests de bout en bout implique, pour la viabilité du système en production, que les déploiements soient au maximum automatisés – on parle alors de déploiement continu. Les procédures de déploiement doivent être reproductibles, et contenir le moins de sources d’erreurs possible – intervention manuelle notamment – car elles seront potentiellement jouées un grand nombre de fois.
Dans le cadre de leur stratégie d’opérations agiles, les entreprises déploient des packages lorsqu’ils sont prêts, souvent plusieurs fois par semaine. L’étape de test est par conséquent extrêmement importante afin de garantir la livraison d’un code fiable et de qualité. Toutefois, le test manuel requiert inévitablement de nombreuses ressources, peut retarder le processus de livraison, et n’identifie pas toujours les erreurs au niveau du code. Les outils d’automatisation de test gèrent les tests fonctionnels et de non-régression pour tout type de logiciel applicatif, et sont devenus incontournables dans le domaine de l’automatisation, ces dix dernières années. Parmi les solutions disponibles, on trouve : HP Quality Center, CA Blazemeter, Microsoft Test Manager, IBM Rational Test Workbench, et TestPlant.
Dans le chapitre « Genèse des recherches en indexation automatique »  : […] Plusieurs facteurs ont incité les chercheurs en informatique documentaire à tenter de concurrencer l'indexation humaine. D'abord, les contraintes et les insuffisances inhérentes à celle-ci : elle est coûteuse (il faut entre un quart d'heure et une heure pour indexer un document) ; elle est tributaire de la subjectivité de l'indexeur (deux analystes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/indexation/#i_2513
In a typical hard wired motor start and stop circuit (called a control circuit) a motor is started by pushing a "Start" or "Run" button that activates a pair of electrical relays. The "lock-in" relay locks in contacts that keep the control circuit energized when the push button is released. (The start button is a normally open contact and the stop button is normally closed contact.) Another relay energizes a switch that powers the device that throws the motor starter switch (three sets of contacts for three phase industrial power) in the main power circuit. Large motors use high voltage and experience high in-rush current, making speed important in making and breaking contact. This can be dangerous for personnel and property with manual switches. The "lock in" contacts in the start circuit and the main power contacts for the motor are held engaged by their respective electromagnets until a "stop" or "off" button is pressed, which de-energizes the lock in relay.[10]
Le code en Ecmascript vous permet d'utiliser l'ensemble des fonctionnalités proposées par la bibliothèque Qt ainsi qu'une trentaine d'objets plus simples à utiliser, voir la page du wiki. Vous pouvez par exemple ouvrir un serveur TCP ou UDP, exécuter des requêtes sur une base de données MySQL ou bien accéder à la base de registres de Windows. Un débogueur est disponible pour vous aider à corriger vos scripts. La documentation du logiciel est disponible en français et en anglais, bien que certaines parties soient en cours de traduction/rédaction.

Une automatisation est une technique ou un ensemble de techniques ayant pour but de réduire ou de rendre inutile l'intervention d'opérateurs humains dans un processus où cette intervention était coutumière. Il n'y a évidemment pas automatisation lorsque l'opérateur humain est remplacé par la force animale, ni lorsqu'un processus artificiel est substitué à un processus naturel. L'automatisation désigne uniquement une transformation de processus exclusivement créés par l'homme : techniques ou ensemble de techniques. Elle tend donc à économiser l'intervention humaine sous toutes ses formes (apport d'énergie mis à part) :

Dans le chapitre « Assemblage des fragments  »  : […] de la bio-informatique est l'aide à la « mise en forme » des génomes de grande taille. En effet, grâce aux apports de la robotique, le biologiste peut désormais séquencer des génomes complets. Toutefois, la technologie des robots ne permet pas de traiter plus de 700 nucléotides sur un seul fragment d'ADN à la fois : le génome est donc découpé, au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biologie-la-bio-informatique/#i_2513

×