Développé par l’américain Smartbear, TestComplete est un automate de test qui a su se démarquer par une politique de prix accessibles et une très grande réactivité aux évolutions technologiques, notamment le domaine très sensible des applications mobiles. Son plus ? Un seul outil pour automatiser les applications desktop, web et mobile. Cela simplifie grandement l’apprentissage pour les équipes de test qui ont souvent une multitude de technologies à tester. Et pour l’automatisation des tests multi-navigateurs, TestComplete propose un émulateur de navigateurs pour tester les résolutions graphiques des applications web mobiles. Pour les applications natives, il est capable d’exécuter le même test directement sur différents terminaux IOS ou Android en se branchant sur eux. TestComplete permet également de tester les applications hybrides.
WebDriver est basé sur un modèle client-serveur. Un client de test envoie des "commandes" via des requêtes HTTP à un serveur WebDriver après initialisation d'une session. Ce dernier distribue les commandes auprès des drivers des navigateurs concernés. Ces drivers exécutent les commandes sur les navigateurs en question via des mécanismes d'automatisation interne, de l'OS ou du JS. C'est en réalité plus compliqué que cela, car ces drivers peuvent eux-même être des serveurs WebDriver (Internet Explorer), communiquer via des web sockets (Safari), etc. Le driver n'est pas nécessairement un binaire, les drivers de Firefox et de Safari sont des extensions du navigateur par exemple.
Au quotidien, nous réalisons de nombreuses tâches sur Internet. Si la plupart d’entre elles sont singulières, certaines tâches récurrentes dépendent de paramètres simples et répétitifs. Nous allons donc vous présenter IFTTT, Zapier et Wappwolf, trois services web permettant d’automatiser ses actions sur Internet. Dans bien des cas, ces outils permettent de gagner du temps. Mais ils sont à utiliser avec parcimonie, notamment sur les réseaux sociaux. L’automatisation des tâches n’est ni une bonne ni une mauvaise chose en soi, tout dépend de son utilisation. Récupérer les photos publiées sur les réseaux sociaux peut être utile par exemple, alors que partager le contenu de 20 flux RSS automatiquement n’est pas forcément recommandé. À vous de juger !
7. HITEMA – Groupama Gan Vie L’automatisation des tests fonctionnels SIMON Emeline 6 Les différents types de tests : Les tests unitaires Ceux-ci sont réalisés par les développeurs/concepteurs de l’application. Ils sont effectués pour tester les modules de l’application, c’est-à-dire les bouts de code. A chaque modification du code, ces tests (automatisés) sont rejoués afin de vérifier que celui-ci fonctionne correctement. Les tests d’intégration logiciel : Ceux-ci suivent les tests unitaires et ils couvrent toute l’application. Ces tests comportent des aspects techniques et fonctionnels. Les tests techniques applicatifs : Lorsque la livraison a été effectuée, il est nécessaire de vérifier les aspects techniques : - Conformité des livraisons (versions…) - Installation des composants selon la documentation - Bon fonctionnement (crash, bugs à l’exécution…) - Erreurs techniques : paramétrage, fichier manquant Les tests fonctionnels applicatifs : Ces tests sont à la fois techniques et fonctionnels. Bien souvent, les équipes sautent cette étape pour passer directement aux tests fonctionnels métier et effectuer les deux types de tests en même temps. Ces tests doivent vérifier les cas non passant (générant des messages d’erreurs), les cas aux limites (des cas mettant en jeu des données se situant aux limites des règles métiers) et les cas de non régression au niveau applicatif. Les tests fonctionnels métier : Ces tests ont pour but de jouer des scénarios type utilisateur. Ce sont des scénarios « bout en bout » qui sont mis en place et joués par les testeurs. Le but étant de vérifier la qualité du produit. Ces tests doivent être réalisés dans des conditions « réelles » pour simuler les actions utilisateurs qui seront effectuées en production. Ces tests sont accomplis par la MOA, qui a une connaissance métier indispensable à cette phase. Les tests de non régression : Ces tests sont essentiels dans toutes les phases de recette. Comme indiqué par leurs noms, ces tests permettent de vérifier que l’application en question n’a pas régressé. Si une application subi une évolution, il est possible que celle-ci impacte des fonctionnalités déjà présentes. Il est impératif de s’assurer que les anciens modules sont toujours fonctionnels. L’unique solution permettant de détecter la régression est de réaliser l’ensemble des cas de tests à chaque livraison. Cette procédure s’avère très fastidieuse si une automatisation n’est pas mise en place.
cents ans. Mais les outils numériques peuvent influencer leur mise en œuvre. Par exemple, pouvoir fournir immédiatement un retour pertinent à un élève lors de la réalisation d’une série d’exercices peut favoriser le processus d’automatisation. De même, pour comprendre un phénomène dynamique complexe (comme le galop du cheval), le fait de pouvoir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apprentissage-avec-le-numerique/#i_2513
×