Dans le chapitre « Assemblage des fragments  »  : […] de la bio-informatique est l'aide à la « mise en forme » des génomes de grande taille. En effet, grâce aux apports de la robotique, le biologiste peut désormais séquencer des génomes complets. Toutefois, la technologie des robots ne permet pas de traiter plus de 700 nucléotides sur un seul fragment d'ADN à la fois : le génome est donc découpé, au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biologie-la-bio-informatique/#i_2513
The rise of industrial automation is directly tied to the “fourth industrial revolution”, which is better known now as Industry 4.0. Originating from Germany, Industry 4.0 encompasses numerous devises, concepts, and machines.[82] It, along with the advancement of the Industrial Internet of Things (formally known as the IoT or IIoT) which is “Internet of Things is a seamless integration of diverse physical objects in the Internet through a virtual representation”.[83] These new revolutionary advancements have drawn attention to the world of automation in an entirely new light and shown ways for it to grow to increase productivity and efficiency in machinery and manufacturing facilities. Industry 4.0 works with the IIoT and software/hardware to connect in a way that (through communication technologies) add enhancements and improve manufacturing processes. Being able to create smarter, safer, and more advanced manufacturing is now possible with these new technologies. It opens up a manufacturing platform that is more reliable, consistent, and efficient that before. Implementation of systems such as SCADA are an example of software that take place in Industrial Automation today
L'interface d'automatisation de test et les plateformes qui fournissent un espace de travail seul pour incorporer des outils de test multiples et des cadres pour le système/le test d'intégration d'application dans le test. Le but de l'interface d'automatisation de test est de simplifier le processus de dresser la carte de tests aux critères d'affaires sans coder. On attend à ce que l'interface d'automatisation de test améliore l'efficacité et la flexibilité de maintenir des scénarios de tests..
des outils de compréhension de la structure des systèmes et de leur comportement, et une composante pratique car l'automatique a pour fin de faire fonctionner des systèmes en minimisant l'intervention humaine pour éviter toutes sortes de tâches fastidieuses, répétitives ou dangereuses, et donc d'en permettre l'automatisation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/automatique/#i_2513
L'assemblée nationale vote le budget de l'agriculture pour 2019 Yvelines: une boucherie aspergée de faux sang Foot: prison ferme pour violences pour le Danois Bendtner La part du diesel continue à baisser en France, à 36% en octobre (constructeurs) Zimbabwe: exploration sur la présence potentielle de gisements pétroliers (président) Vietnam: la France signe d'importants contrats, dont une commande pour Airbus de 5,7 mds EUR Nouvelle-Calédonie: Macron s'exprimera à 13H00 dimanche à l'issue du référendum Carburants: "le blocage n'est jamais la bonne solution", estime Guerini Cuba: Habanos prévoit des ventes de cigares en hausse malgré les lois anti-tabac La sonde américaine Dawn s'est éteinte
20. HITEMA – Groupama Gan Vie L’automatisation des tests fonctionnels SIMON Emeline 19 C. La reconnaissance des formes : les CAPTCHA Automatiser les tests fonctionnels « classiques », c’est une fonctionnalité assez simple et très rentable pour l’entreprise ; Cependant nous avons discuté des tests basiques ayant une interface, un champ de données, et des résultats attendus. Qu’en est-il de la reconnaissance des formes à ce jour ? De plus en plus, nous utilisons la reconnaissance vocale, faciale ou encore manuscrite. Un outil de test peut-il effectuer automatiquement les tests de reconnaissance de ces formes ? Est-il à même de déterminer si un test est valable ou non ? Définition D’après Wikipédia : “Le terme CAPTCHA est une marque commerciale de l'université Carnegie-Mellon désignant une famille de tests de Turing permettant de différencier de manière automatisée un utilisateur humain d'un ordinateur. L'acronyme « CAPTCHA » est basé sur le mot capture, et vient de l'anglais completely automated public Turing test to tell computers and humans apart.” Voici des exemples de captcha : Il existe plusieurs techniques pour fabriquer un captcha. La première étant d’ajouter un dégradé de couleur en fond et en modifiant la forme des lettres. La deuxième, plus récente, n’utilisent pas de fond de couleur différente, c’est une ligne brisée qui est ajoutée par-dessus les lettres. Enfin, il est également possible d’imbriquer les lettres les unes dans les autres. Ces techniques basées sur les déformations de lettres sont à ce jour de moins en moins efficaces. Les robots de reconnaissance de caractères sont de plus en plus puissants et arrivent à 98% à déchiffrer les captcha sous cette forme.

Nous avons conçu un framework composite (voir ci-dessous), associant les meilleurs éléments des deux approches –déterminée par mots clés et pilotée par les données. Il assure le stockage des données de test indépendamment de l’outil d’automatisation (en général, dans une feuille Excel), ce qui permet de maintenir et réutiliser les scripts très facilement.


Grâce à Docker, il est possible de mettre en place des environnements isolés les uns des autres sur une même machine. Ce principe est similaire à celui d’une machine virtuelle, mais là ou une machine virtuelle isole tout un système d’exploitation, Docker, lui, permet de partager les ressources du système hôte, le kernel interagissant ainsi avec les différents environnements de Docker.
Pour le cas des tests Cooperons! les problématiques rencontrées sont les mêmes décrites au début de l’article en plus d’une autre particularité : On a besoin d’effectuer des mises en production fréquentes et livrer de nouvelles releases sur des intervalles rapprochés (parfois d’une façon hebdomadaire). Sachant que l’exécution de tout le cahier de test est effectuée par 3 testeurs/développeurs et nécessite entre 4 et 5 jours pour être finalisée. On a fini avec des deadlines non respectés et un processus de test plus lent et moins fiable. L’automatisation s’impose dans un tel cas. Les résultats obtenus sur Coopérons! grâce à l’automatisation ont permis de :
I’ve used other automation tools besides VBA. Ubot and iMacros are both excellent, and powerful programs (their own programming languages, really). In some respects they’re easier, and for 99% of web automation tasksg, you really can’t go wrong with either. But I got to where I only used VBA because my programming was getting into Windows API’s and command line calls (Visual Basic is tightly integrated with Windows), plus I often found myself using Excel alongside these programs anyway. I discovered there’s almost nothing VBA can’t do with automating Windows and Internet Explorer (even making IE appear as a different browser), and it seemed to me investing time learning Microsoft’s Visual Basic programming language just made more sense.
×