Nous avons pris soin d'importer le framework unittest de Python afin de disposer de la classe TestCase et du test runner. Nous avons également importé le webdriver fourni par Selenium, qui va nous permettre d'automatiser le navigateur. Les méthodes setUp() et tearDown() d'xUnit sont implémentées pour initialiser notre driver avant de lancer les tests et le fermer une fois terminé.
Dans le chapitre « Commande de processus »  : […] Ainsi, commander un véhicule autonome, c'est envoyer aux actionneurs du volant, de l'accélérateur et du frein les signaux de commande nécessaires pour que le véhicule suive une trajectoire définie à l'avance, avec un profil de vitesse prédéterminé, en dépit de perturbations telles que la pente de la route, son dévers, les bourrasques de vent, des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reseaux-de-neurones-formels/#i_2513

7. HITEMA – Groupama Gan Vie L’automatisation des tests fonctionnels SIMON Emeline 6 Les différents types de tests : Les tests unitaires Ceux-ci sont réalisés par les développeurs/concepteurs de l’application. Ils sont effectués pour tester les modules de l’application, c’est-à-dire les bouts de code. A chaque modification du code, ces tests (automatisés) sont rejoués afin de vérifier que celui-ci fonctionne correctement. Les tests d’intégration logiciel : Ceux-ci suivent les tests unitaires et ils couvrent toute l’application. Ces tests comportent des aspects techniques et fonctionnels. Les tests techniques applicatifs : Lorsque la livraison a été effectuée, il est nécessaire de vérifier les aspects techniques : - Conformité des livraisons (versions…) - Installation des composants selon la documentation - Bon fonctionnement (crash, bugs à l’exécution…) - Erreurs techniques : paramétrage, fichier manquant Les tests fonctionnels applicatifs : Ces tests sont à la fois techniques et fonctionnels. Bien souvent, les équipes sautent cette étape pour passer directement aux tests fonctionnels métier et effectuer les deux types de tests en même temps. Ces tests doivent vérifier les cas non passant (générant des messages d’erreurs), les cas aux limites (des cas mettant en jeu des données se situant aux limites des règles métiers) et les cas de non régression au niveau applicatif. Les tests fonctionnels métier : Ces tests ont pour but de jouer des scénarios type utilisateur. Ce sont des scénarios « bout en bout » qui sont mis en place et joués par les testeurs. Le but étant de vérifier la qualité du produit. Ces tests doivent être réalisés dans des conditions « réelles » pour simuler les actions utilisateurs qui seront effectuées en production. Ces tests sont accomplis par la MOA, qui a une connaissance métier indispensable à cette phase. Les tests de non régression : Ces tests sont essentiels dans toutes les phases de recette. Comme indiqué par leurs noms, ces tests permettent de vérifier que l’application en question n’a pas régressé. Si une application subi une évolution, il est possible que celle-ci impacte des fonctionnalités déjà présentes. Il est impératif de s’assurer que les anciens modules sont toujours fonctionnels. L’unique solution permettant de détecter la régression est de réaliser l’ensemble des cas de tests à chaque livraison. Cette procédure s’avère très fastidieuse si une automatisation n’est pas mise en place.
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                 

Zennoposter s’intègre avec tous les scripts ou langages de programmation Windows, il n’est donc pas nécessaire d’apprendre un nouveau langage pour travailler avec. Néanmoins, même si l’outil est ergonomique et fonctionne avec des briques en drag and drop pour élaborer vos templates, une formation Zennopostervous sera utile si vous voulez jusqu’aux limites du logiciel.
Automation is already contributing significantly to unemployment, particularly in nations where the government does not proactively seek to diminish its impact. In the United States, 47% of all current jobs have the potential to be fully automated by 2033, according to the research of experts Carl Benedikt Frey and Michael Osborne. Furthermore, wages and educational attainment appear to be strongly negatively correlated with an occupation’s risk of being automated.[48] Prospects are particularly bleak for occupations that do not presently require a university degree, such as truck driving.[49] Even in high-tech corridors like Silicon Valley, concern is spreading about a future in which a sizable percentage of adults have little chance of sustaining gainful employment.[50] As the example of Sweden suggests, however, the transition to a more automated future need not inspire panic, if there is sufficient political will to promote the retraining of workers whose positions are being rendered obsolete.
Sectional electric drives were developed using control theory. Sectional electric drives are used on different sections of a machine where a precise differential must be maintained between the sections. In steel rolling, the metal elongates as it passes through pairs of rollers, which must run at successively faster speeds. In paper making the paper sheet shrinks as it passes around steam heated drying arranged in groups, which must run at successively slower speeds. The first application of a sectional electric drive was on a paper machine in 1919.[38] One of the most important developments in the steel industry during the 20th century was continuous wide strip rolling, developed by Armco in 1928.[39]
Likewise, a Feedback Control System is a system which tends to maintain a prescribed relationship of one system variable to another by comparing functions of these variables and using the difference as a means of control.[6] The advanced type of automation that revolutionized manufacturing, aircraft, communications and other industries, is feedback control, which is usually continuous and involves taking measurements using a sensor and making calculated adjustments to keep the measured variable within a set range.[7][8] The theoretical basis of closed loop automation is control theory.
Par exemple, selon les spécifications, si l’utilisateur rentre un identifiant ou un mot de passe erroné, il est renvoyé sur l’écran d’authentification et un message d’erreur est affiché. Le test consistera donc à contrôler que c’est effectivement le cas, et que le bon message est affiché à l’écran.Pour une explication détaillée de ce que chacun d'entre eux peut faire, consultez le guide de Podio.

Vous avez la possibilité via un système de pré-requis ("required/desired capabilities") de tester des navigateurs sur différentes plateformes de différentes versions (FF sur Linux version 32, FF sur Windows version 30, etc). Selon les drivers utilisés, vous pouvez également spécifier divers paramètres comme un profil utilisateur (voir même le créer), ajouter un proxy, ajouter des extensions, etc.
13. HITEMA – Groupama Gan Vie L’automatisation des tests fonctionnels SIMON Emeline 12 II. Les outils de recettage Afin de réaliser la phase de recette, il faut bien évidemment s’appuyer sur des outils de tests. Il est possible – et c’est ce qui est pratiqué dans mon service – d’utiliser simplement le logiciel Excel pour réaliser les cahiers de recette. Cela permet d’effectuer les tests à la main. Cependant, il existe des outils adaptés à la réalisation de tests automatisés. A. Les logiciels de tests sur PC Il existe des logiciels pour effectuer des tests fonctionnels automatisés ; Ceux-ci se choisissent principalement en fonction du langage de programmation utilisé par l’application à tester, ainsi que par sa complexité, l’objectif à atteindre et le coût. 1) Sélénium Sélénium est un outil très utilisé pour automatiser les tests fonctionnels. [Annexe 4] Même s’il semble un peu compliqué d’apparence il est en réalité logique d’utilisation. Sélénium se décompose comme suit :  Selenium IDE : c'est une extension de Firefox, qui permet d'enregistrer une suite d'actions, qu'il sera possible de rejouer à volonté ;  Selenium Web Driver : il s'agit cette fois d'une API, disponible pour plusieurs langages, permettant de programmer des actions sur l'interface, et à vérifier les réponses. Les actions à réaliser peuvent être exportées depuis Selenium IDE. 2) Quicktest Professional QTPro, de HP, représente ce jour l’offre phare dans le monde professionnel. Le référentiel d’objets est particulièrement bien conçu, celui-ci pouvant notamment être généré lors de l’enregistrement, enrichi manuellement ou encore importé à partir d’un autre scénario. Paradoxalement, le produit souffre principalement de sa complétude, difficile à prendre en main pour un débutant. De plus, le coût de la licence est assez élevé par rapport aux autres offres du marché.
WebDriver est basé sur un modèle client-serveur. Un client de test envoie des "commandes" via des requêtes HTTP à un serveur WebDriver après initialisation d'une session. Ce dernier distribue les commandes auprès des drivers des navigateurs concernés. Ces drivers exécutent les commandes sur les navigateurs en question via des mécanismes d'automatisation interne, de l'OS ou du JS. C'est en réalité plus compliqué que cela, car ces drivers peuvent eux-même être des serveurs WebDriver (Internet Explorer), communiquer via des web sockets (Safari), etc. Le driver n'est pas nécessairement un binaire, les drivers de Firefox et de Safari sont des extensions du navigateur par exemple.
L’application utilisée ici est une simulation de gestion de bibliothèque utilisant le langage C# et les composants graphiques Telerik. Pour chaque présentation de livre, deux boutons sont disponibles : le premier permettant de voir la description détaillée du livre, l’autre permettant un retour à la liste des livres. Ces deux boutons sont du même type mais il peut être intéressant de les faire reconnaître comme deux types différents : un « Bouton Retour » et un « Bouton Description ».
Dans le chapitre « Une diversification des domaines d'application »  : […] terminologue en tant que spécialiste des terminologies monolingues et multilingues demeure, ses champs de spécialisation ont évolué. En premier lieu, au sein de la terminologie : l'application de l'informatique à la terminologie a donné naissance à une discipline spécifique, la terminotique (formé à partir de terminologie et d'informatique). […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/terminologie/#i_2513

L’automatisation du test logiciel n’est ni aussi simple ni aussi rapide que semble l’indiquer cette appellation. Les outils de test logiciel peuvent s’avérer coûteux, tandis que la configuration, l’exécution et l’analyse des résultats de test exigent un effort manuel important. Toutefois, par l’usage d’outils adéquats, notamment de logiciels en Open source, et de processus et frameworks d’automatisation appropriés, les entreprises sont en mesure de réaliser des économies de coûts et de bénéficier de la qualité du test logiciel automatisé.
This VBA statement says: Find the search box element on the webpage by its ID, which is search_form_input_homepage, and make its text value what we have in cell A2, plus the string " in ", plus what we have in cell C1. The underscore (_) just lets us put longer pieces of code on multiple lines for better readability. How did I know what the search input box’s ID was, or that it even had an ID? Firebug of course! If you don’t have Firefox get it, and then install the Firebug add-on. Then right-click the search box, click Inspect Element with Firebug, and behold…

10. HITEMA – Groupama Gan Vie L’automatisation des tests fonctionnels SIMON Emeline 9 Cette opération de préparation de planning pré-recette, permet de donner une date de fin de recette aux responsables. Parfois – et c’est le cas chez Groupama gan vie – la phase de recette est suivi d’une phase d’homologation. Cette phase se présente comme une phase de recette mais de façon bien plus synthétique : c’est la phase de pré-production. Il faut donc également prévoir dans les plannings cette phase ainsi que les réunions adéquates. La Moa se chargeant de la recette, c’est bien souvent des référents métiers qui se chargent de l’homologation. Ceux sont eux qui décident si oui ou non il est possible de mettre en production. Ce n’est en aucun cas la MOA qui donne le GO pour la mise en production. Le planning est donc un élément indispensable dans un projet pour toutes les ressources de celui-ci. 2) Jeux de données et base de données Qu’elle soit manuelle ou automatisée, la recette fonctionnelle nécessite dans tous les cas des données. Celles-ci sont utilisées pour effectuer des tests. Cela peut être des noms, des numéros de téléphone, des adresses…. Toutes ces informations doivent être préparées afin de ne pas perdre de temps durant la phase de test. Si une ou plusieurs informations venaient à manquer durant le cycle de recette, cela ralentirait le processus : il faut chercher les informations, les préparer et ré-exécuter les tests. C’est pourquoi il est idéal de fabriquer un fichier référence regroupant l’ensemble des données qui seront utilisées : - Pour une recette manuelle, les testeurs s’appuieront sur ce fichier pour préparer le cahier de test et si besoin pendant les tests en complément. - Pour une recette automatisée, c’est le logiciel utilisé qui aura pour point d’appui ce fichier. Il s’alimentera avec les informations contenues dans ce fichier, en fonction des paramètres fournis par les testeurs. De même, la phase de préparation nécessite avant tout une base de données pour les tests. Il faut donc créer la base en fonction des spécifications si elle n’existe pas. Dans le cas d’évolution sur une application existante, il faut s’assurer que la base a bien été modifiée en conséquence. Celle-ci doit également être soumise aux tests. 3) Le cahier de recette Avant de démarrer l’exécution de la recette – celle-ci ne se fait pas « à l’aveugle » - il faut rédiger un cahier de recette. J’ai eu l’occasion dans mon travail de rédiger plusieurs cahiers de tests et donc d’apprendre à le faire. En effet, ceux-ci se préparent en suivant les spécifications fonctionnelles rédigées après l’expression de besoin. Les spécifications fonctionnelles (détaillées ou générales) décrivent le fonctionnement de l’application, de ses modules ainsi que de ses interfaces. Elles répertorient alors la totalité des attentes du client détaillées sous formes de points à traiter. Le travail à réaliser est alors de prendre un à un les points énoncés et de préparer des scénarios de test. Un scénario, comporte de une à plusieurs manipulations à effectuer sur l’application.
Aujourd’hui je vous propose de réaliser une petite application qui va se connecter à un site et qui va aller télécharger un fichier. Le meilleur dans l’histoire c’est que tout cela va se faire automatiquement sans que vous ayez à lever le petit doigt. De la magie ? Non, nous devons cela à la gem Mechanize que je vais vous présenter sans plus attendre.

L’automatisation ne rend pas forcément le test logiciel plus rapide, plus fiable ou moins onéreux. Les coûts initiaux liés à la configuration et aux outils d’automatisation pouvant être élevés, l’automatisation des tests n’est profitable que si les coûts à long terme compensent ces dépenses initiales. En outre, les outils et méthodologies d’automatisation ne possèdent pas tous les mêmes caractéristiques, fonctionnalités et capacités, et chaque projet peut répondre à des exigences différentes, ce qui a des répercussions sur les coûts et les bénéfices.

×